15/06/2007

Jeudi 31 mai

8h30. Les autres ronflent encore sous leurs tentes lorsque je sors de la mienne. Cette nuit il n'a pas plu et un colibri passe en vrombissant comme un énorme bourdon. C'est le premier colibri que je vois depuis 3 ans (sauf au Canada) : on n'en a jamais vu au Texas depuis qu'on y va. Nous allons aujourd'hui explorer une zone à plus d'une heure de voiture de notre camp.

Nous garons la voiture sur un parking non loin de l'entrée d'un sentier interdit aux véhicules motorisés, puis entamons la promenade.

Comme j'en ai souvent l'habitude, je me laisse distancer par le groupe qui bavarde bruyamant. Bientôt ils disparaissent à ma vue et je peux enfin prendre mon temps pour observer, soudain j'avise sur le sol du sentier une...empreinte d'ours ! C'est incontestablement une très belle empreinte de patte arrière d'ours. J'ai déjà eu l'occasion en 1999 d'observer et de photographier des empreintes d'ours dans le parc naturel des Abruzzes, en Italie. Celle-ci y ressemble beaucoup et par la taille et par l'aspect. Je la filme et je rejoins les autres." A force de bavarder et de courir comme des marathoniens, on passe à côté de choses remarquables, en l'occurence une superbe empreinte de patte arrière d'ours", leur fis-je. Et de retourner en arrière pour la voir.

Nous continuons notre route quand soudain nos narines sont agressées par une forte odeur de fauve. Ce n'est pas une odeur de porc sauvage, cela ne peut être qu'un ours et il tout près. Il nous a repéré, c'est incontestable. D'après les rangers que nous avons rencontrés, les ours sont nombreux dans la Ouachita National Forest mais très timides et de ce fait on les aperçoit rarement.

L'odeur nous suivra quelques dizaines de mettre mais jamais nous n'entendrons le moindre bruit ni ne verrons l'ours en question.Nous continuons notre avance dans la forêt et nous tombons sur de multiples empreintes d'ours.

Traces d'ours 2

Nous croiserons également une dinde avec ses dindonneaux. La pauvre fera tout ce qu'elle peut pour nous éloigner d'eux en tentant à ce que nous la poursuivions, efforts bien inutiles puisque ce n'était pas notre intention. Nous trouverons également la "salle de récréation" d'un ours. Des empreintes nous amenèrent à un petit dégagement piétiné où nous trouvâmes des pins dont le tronc rugueux avait servi à l'ours pour se gratter le dos (les ours adorent ça !) et d'autres lacérés par les griffes du plantigrade. Les ours raffolent de la sève des pins. On a pu aussi déceler sur le sol la marque de ses fesses, là où il s'était assis.

Nous ne nous sommes pas trop attardés sur les lieux, pas vraiment envie de se trouver en face du propriétaire, quoique celui-ci aurait sans doute hésité à s'approcher.

Nous décidons de couper par la forêt pour rejoindre notre voiture. Nous retrouvons en effet le chemin principal sans incident et à quelques centaines de mètres du parking où nous avons garé la voiture nous tombons sur un magnifique tas d'excréments qui vient d'être laissé sur la route par un ours, peut-être celui que nous avons senti il y a maintenant plusieurs heures. Ainsi va s'achever notre journée.

Crottes d'ours

 

15:47 Écrit par Expedition Leader dans anthropologie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ours Je ne peux m'empêcher un rapprochement entre les traces d'ours et celles de sasquatch : on voit rarement les ours mais on trouve des empreintes et personne ne conteste leur existence dans cette zone.
L'existence du sasquatch est ainsi possible !

Écrit par : Romain | 31/07/2007

Les commentaires sont fermés.