16/08/2008

Pour répondre à Julien Boulogne

Il est totalement faux de penser que la préparation fut inexistante concernant le Texas : nous avions préparé la première expédition des mois à l'avance et le choix de l'endroit n'a pas été fait au hasard (études des zones où les dernières observations avaient eu lieu, contacts multiples avec les chercheurs locaux).
Pour ce qui concerne la deuxième et la troisième expéditions la préparation théorique fut moins longue, car nous avions obtenu des résultats dans les précédentes dont une observation rapprochée, je le rappelle. En ce qui concerne l'échec de la troisième, tout d'abord il n'était pas prévu que nous irions en Arkansas, comme il n'était pas prévu que les cochons seraient éradiqués de la forêt texane quelques mois auparavant et que donc la population de Bigfoots, dont ceux-ci sont une proie importante et sans parler du ramdam qu'ont dü faire les battues, aurait déménagé. L'Arkansas était donc une zone de repli où nous savions que des observations avaient eu lieu, mais ne comptant pas y aller nous n'avions aucune raison de nous renseigner dans les détails. Une petite précision, je n'étais pas partisan personnellement de nous rendre en Arkansas, pour la raison évoquée, j'optais plus pour les abords de la Sabine River ou de la Sulphur River par exemple, donc d'autres zones texanes où nous savions que des témoignages récents avaient eu lieu (voir les articles de Cryptozoologia publiés sur la préparation des expéditions texanes), mais j'étais le seul à défendre cette idée.
 
Quant à la durée de l'expédition elle fut bien plus longue qu'aucune expédition américaine avant ou après les nôtres (voyez le site du BFRO). De plus nous devons tenir compte des impératifs professionnels des participants de même que de nos moyens financiers : je vous rappelle que nous ne sommes ni subsidiés ni financièrement sponsorisés. Mais l'idéal serait de rester plusieurs mois sur place, en effet, mais cela est impossible dans l'état actuel des choses.
 
Concernant notre méthodologie, je ne sais pas à quelle méthodologie de BH vous vous référez, quant à nous nous suivons plutôt la méthodologie des Russes : un petit groupe de chercheurs, 24/24h au même endroit avec un minimum de perturbations et de pression sur le milieu (méthode pastorale). Le but est bien sûr d'inciter notre objet de recherche à un contact...Sans être encore arrivés à lui serrer la main, jusqu'à présent je crois que nous ne nous y débrouillons pas trop mal au vu des résultats déjà engrangés.
 
Cela dit, pour discuter de tout cela plus en profondeur et en détail, vous pouvez venir au prochain colloque où d'ailleurs vous verrez un film de notre dernière expédition et pourrez entendre les résultats que nous en avons ramenés, mais aussi discuter avec des gens qui ont consacré une partie de leur vie à la recherche des HSV (Hominidés Sauvages et Velus), tels Marie-Jeanne Koffmann et Michael Trachtengerts.
 

00:45 Écrit par Expedition Leader dans cryptozoologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bigfoot, sasquatch, expeditions, colombie britannique |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.