13/11/2009

Sasquatch 2009 : des knocks et des fruits

Lundi 24/08

Vers 11h50 du matin j’entends un knock contre un arbre et vers 17h un cri dans le lointain qui se rapproche mais je ne pourrais affirmer qu’il y ait un rapport quelconque avec Bigfoot et qu'il ne s’agissait pas d’un moteur.

Mardi 25/08

Ce matin j’ai décidé d’aller explorer la zone qui se situe au-delà de la creek, au sud du camp.

Arrivé sur un promontoire rocheux j’ai une vue superbe sur une pinède de jeunes pins de 3 m de haut maximum.

Il y a du vent et un léger crachin par intermittence. Je m’assois le dos appuyé à un rocher. J’entends des quads et des voix humaines sur une route que je ne vois pas à quelque 300 m devant moi. Soudain j’entends un puissant sifflement sur ma gauche que j’estime à 50 m dans la pinède, qui se répète plusieurs fois, il me paraît plus puissant que ce qu’un humain pourrait produire. Il ne semble pas se mouvoir alors que les moteurs semblent bouger et s’éloigner. J’ai pu en faire un enregistrement.

Je décide de traverser la pinède : pas évident dans l’épaisseur du sous-bois et entre les branches des pins. On n’y voit pas à plus d’un mètre et le risque est réel de se retrouver nez-à-nez avec un sasquatch ou, ce qui serait peut-être pire, un ours.

Avant d’arriver sur une route asphaltée, je débouche ainsi sur un ancien chemin de terre où je découvre des empreintes ayant vaguement une forme humaine et des excréments d’ours un peu plus loin.

Il est à rappeler, comme je l’ai dit plus haut, que durant tout le temps que j’ai passé dans les bois je n’ai jamais rencontré de signes de présence d’ours dans la zone autour du camp et au nord, à l’est et à l’ouest de celui-ci : cela semble confirmer que là où il y a présence de Bigfoot, il y a absence d’ours. Ce n’est qu'APRES la pinède que j’ai trouvé des traces d’ours. J’ai pu faire la même constatation l’année passée : l’absence totale de signes de présence d’ours dans certaines zones alors que dans d’autres il est bien présent, présence confirmée par de nombreux excréments, des empreintes et l’observation directe du plantigrade (5 au cours d’une même journée !).

Mercredi 26/08

Rob passe la nuit avec moi dans la caravane

A 01h15, dans un demi-sommeil j’ai l’impression que quelque chose se déplace autour de la caravane. J’appelle Rob qui dort à l’autre bout : «Tu entends, tu entends ?» J’ai l’impression qu’il dort et je commence un peu à paniquer dans mon demi-sommeil. Finalement il bouge : «oui! "il" est autour de la caravane. Je t’ai appelé mais tu ne répondais pas».

Jeudi 28/08

Cette nuit j’ai entendu à côté du hululement d’une chouette rayée et de hurlements de loups d’autres hurlements non-identifiés.

Ce matin, Robert dit avoir entendu comme 2 pierres qu’on entre-choque, ce qui est un des types de sons qu’émet le Bigfoot.

La pomme qu’il y a deux jours j’avais placée dans un bol en plastique au pied d’un arbre a disparu, or elle était encore là hier soir. Qui l’a prise ? Un corbeau, un écureuil (ça me semble gros pour ses capacités), un raton-laveur ou un Sasquatch ? Comme il n’y a pas d’ours dans dans le secteur, ce candidat est à exclure. Je ne trouve aucune empreinte dans les environs immédiates.

En fin de journée Robert, Zoran (qui passe le w-e au camp avec sa femme) et moi décidons de prendre une des 4x4 et de nous rendre vers un marais à travers une partie de la forêt plutôt sinistre et dans laquelle je n’aimerais pas être surpris seul par la tombée de la nuit.

Vers 17h45, nous arrêtons la voiture aux abords d'un marais et Rob me demande de lancer ma fameuse imitation du cri de sasquatch et....un coup violent contre un tronc d’arbre y répond à environ 700 m de l’endroit où nous nous tenons, de l’autre côté du marais ! Pas de doute, un sasquatch !

La Jeep noire

 

Je relance le cri une seconde fois... une nouvelle réponse !

Cette fois nous y répondons non pas par un nouveau cri mais par un coup sur un tronc. Une réponse similaire aux deux premières...Ce dialogue va durer quelque 20 minutes et pas moins de 18 coups répondront aux nôtres. Nous aurons même l’impression que l’émetteur se déplacera à plusieurs reprises mais toujours dans un périmètre restreint.

Hélas ! Je n’avais pas emporté l’enregistreur Nagra et le micro-fusil, et le micro de ma caméra semble trop peu performant car je n’aurai rien perçu lors de la réécoute, une fois rentré au camp.

Demain nous reviendrons avec, cette fois, le Nagra et le micro-fusil.

Au retour nous avons constaté qu’un tronc barrait la route, tronc qui ne s’y trouvait pas quelques jours plus tôt. Nous le déplaçons pour passer avec le 4X4. J’ai peut-être aussi trouvé une empreinte de pied, mais elle n’est pas assez nette et trop vieille pour en être sûr.

De retour au camp, la femme de Zoran prétend qu’elle a entendu 5 coups (knocks). Il ne s’agit certainement pas du même individu que celui avec lequel nous avons dialogué.

Samedi 29/08

Nous retournons à l’emplacement d’hier et comme hier en fin de soirée. Je relance mon cri mais, cette fois, n’obtient aucune réponse. Nous essayons en frappant le tronc d’un arbre, en vain. Nous rentrons déçus.

Je dépose 5 tranches de pain et une banane mûre dans le bol au pied de l’arbre.

Dimanche 30/08

Cette après-midi, vers 18h, je décide d’aller faire un tour sur la route principale, non loin du camp. J’y laisse Robert et Zoran.

Je suis occupé à filmer des écureuils lorsque retentit un violent «knock» dans mon dos à quelques centaines de mètres, suivis quelques secondes après d’un second.

Viendraient-ils du camp ? Non. D’abord la puissance du son m’indique que l’auteur a une très grande force, j’ai fait des tests et en y mettant toute ma force je n’obtiens pas cette puissance, ensuite, si je me positionne dans le sens de la route sur laquelle je progresse, le camp se trouve à 4h ou 5h, alors que les coups proviennent de 1h ou 2 h. Donc ils ne proviennent pas du camp.

J’enclanche ma caméra dans l’espoir que le micro pourra prendre le son au cas où il y aurait de nouveaux «knocks»...et c’est le cas ! Un total de 6 «knocks» seront frappés en 1/4 d'heure en provenance de la forêt.

Rentré au camp, Rob et Zoran confirment qu’ils ont aussi entendu et que ce n’est effectivement pas eux les auteurs.

En passant, j’en ai profité également pour jeter un coup d’oeil sur l’assiette à offrande : 3 tranches de pain ont été proprement enlevées de l’assiette, deux tranches et la banane sont restées là où je les ai placées et sans qu'on y ait touché. Rien n'a été dérangé dans la disposition initiale!

Là, on commence à ne plus parler de raton-laveur ou de corbeau.

Cette nuit, je décide de la passer dans la voiture qui fait face au camp et de laquelle j’ai une vue sur les tentes.

Vers 2h, alors que je me suis assoupi, Rob vient me réveiller un peu excité : «Tu n’entends pas ?! On lance des pierres sur la table !» Non, je n’ai pas entendu. Je remarque au cours de ma veille une difficulté : l’impossibilité pour mon amplificateur de lumière de fonctionner à travers les vitres teintées de la voiture quand la nuit est au plus sombre. J’ai placé le micro dehors mais il ne prendra rien de spécial.

Le lendemain, je vais voir la table dressée entre les tentes et à une dizaine de mètres de l’assiette aux offrandes. Pas de pierres sur celle-ci, aux abords immédiats ou sur les chaises de toile, par contre je remarque des taches brunes et collantes sur la table, or j’ai nettoyé la table la veille. Ces taches proviennent du pin dont les branches surplombent en partie la table. A certains moments les arbres et particulièrement les conifères «transpirent» de là l’origine de ces taches. J’explique à Robert que pour moi ses lancés de pierres ne sont autres que le bruit des gouttes tombant sur la table. Il a du mal à croire en mon explication et semble apprendre qu’un arbre peut «transpirer», explication qui pourtant est la seule logique dans ce cas.

Lundi 31 août

Je constate au matin que les 2 tranches de pain et la banane ont à leur tour disparu, sans que rien n'ait été dérangé. Je les remplace par des abricots.

Aujourd’hui, je déménage définitivement dans la caravane.

(A suivre)

02:15 Écrit par Expedition Leader dans cryptozoologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.